LE MARIE FERNAND H23

 

Longeur:         15.30 M

Largeur:          4.25 M

Tirant d'eau:    2.5 M

IMG_0017        IMG_0018

IMG_0043

Marie-Fernand est un voilier, cotre-pilote, de 1894 typique de la Manche, restauré en 1984 et 2004, basé au Havre. Il est l'un des plus vieux bateaux de travail naviguant encore en France. C'est aussi le dernier cotre pilote du Havre sur la quarantaine d'unités que comptait ce type de bateau. Il s'offre aujourd'hui à la navigation pour les adhérents de l'association qui le gère.

Marie-Fernand fait l'objet d'un classement au titre objet des monuments historiques depuis le 9 juin 1986.

Marie-Fernand est construit sur les chantiers Abel Le Marchand du Havre et lancé le 7 juillet 1894 avec l'immatriculation H 23 (H pour Le Havre). Une quinzaine de jours plus tard, il remporte la très convoitée coupe des bateaux pilotes aux grandes régates du Havre. Il fait vingt ans de pilotage avec son premier propriétaire Eugène Prentout et son successeur Gaston Maillard (à partir de 1909), du nord jusqu'au Cap Gris-Nez et dans l'Ouest passé les roches des Casquets jusqu'en 1914 où il est désarmé. Le nom du bateau vient des prénoms accolés des deux enfants de M. Prentout. Ce denier avait reçu la légion d'honneur pour avoir sauvé avec son bateau sept marins de la goélette française Marthe.

À partir de 1917, consécutivement à son remplacement par un bateau à vapeur, il entame une carrière de bateau de pêche, racheté par Louis Chégaray qui le revend à M. Maréchal, armateur. Les patrons pêcheurs sont MM. Avisse, Droguenbrat et Tribhou.

Marie-Fernand est ensuite cédé à un plaisancier britannique M. Steward en 1922 qui le fait croiser en Cornouailles et dans le canal Saint-Georges, puis il se retrouve en Écosse avec son nouveau propriétaire Archibald Cameron. Il est alors rebaptisé Marguerite 2 puis Léonora. Il fera un cours passage dans la Navy comme navire d'observation sous le commandement du fils de M. Cameron avant de retourner à la plaisance avec Ronald Barge. Le bateau se retrouve finalement en possession de Peter Gregson, un courtier maritime de Salcombe (South Hams).

En 1984, un groupe de havrais envisage de construire une réplique du Marie-Fernand, sans savoir que l'original existait toujours. Le propriétaire anglais se manifeste et le propose à la vente. Après d'âpres négociations, la transaction s'opère. Au total, Marie-Fernand aura donc passé plus de 60 ans en Grande-Bretagne avant d'être racheté par l'association L'Hirondelle de la Manche créée pour l'occasion. Le nom de l'association vient de ce que l'on surnommait justement ce type de cotres-pilotes « hirondelles de la Manche » en raison de leur caractère véloce et élégant. L'ancien cotre-pilote entame ainsi une quatrième carrière en tant que voilier du patrimoine porteur des traditions havraises.

Classé monument historique en 1986, et rapidement restauré avec l'aide d'un lycée professionnel, Marie-Fernand participe à divers rassemblements : aux Voiles de la liberté en 1989 puis à l'Armada de Brest en 1992, 1996, 2000 et 2004, l'Armada de Rouen en 2003, Douarnenez en 1998 et 2002, Le Tréport, Dieppe, Caen, Honfleur, Gravelines, Saint-Valery-en-Caux, Boulogne-sur-Mer, Saint-Vaast-la-Hougue, Fécamp, Mer en Fête au Havre et toutes les manifestations à caractère nautique ou culturel organisées au Havre. Il embarque également des lycéens du Havre, des handicapés en fauteuils roulants, et de nombreux admirateurs de vieux gréements. Pour son centenaire en 1994 il régate dans la baie du Havre, barré par Éric Tabarly, président d'honneur de l'association. En 2001, il vient à son tour célébrer le centenaire du trois-mâts Duchesse Anne à Dunkerque.

À partir de 2004, le vieux bateau fait l'objet d'une refonte complète par le chantier du Guip à Brest, soutenue par la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Haute Normandie, le Conseil Général de Seine-Maritime, la ville du Havre et de nombreux mécènes. La restauration a nécessité une reconstruction à l'identique de certaines parties (étrave, étambot, quille, couples, bordés sauvegardés à 70 % étant donné la qualité du bois d'origine) et un démontage du pont notamment. Elle a coûté 370 000 euros, résultant de financements publics et des fonds propres de l'association, complétés par le produit de souscriptions, l'une en partenariat avec la Fondation du Patrimoine, l'autre encore en cours, spécialement pour financer la nouvelle motorisation. Les bénévoles ont réalisé beaucoup de travaux par eux-mêmes. Par exemple, le nouveau guindeau a été notamment reconstitué à partir d'un treuil de ferme acheté dans l'est de la France. Par ailleurs, la propulsion mécanique sera notablement améliorée : une nouvelle hélice à pas variable Max-Prop; un nouveau moteur, un Nanni Diesel de 115 cv, dont l'installation nécessite de prendre en compte le fait que le bateau n'est pas motorisé dans l'axe. Son moteur est ainsi déporté à tribord pour éviter un perçage qui fragiliserait la coque. Enfin le nouveau réservoir de gazole a été réalisé par la section chaudronnerie du Lycée Jean Guéhenno[11].

Marie-Fernand ainsi rénové est lancé le 13 juillet 2008 pour Brest 2008 en présence de la veuve d'Eric Tabarly mais les finitions s'opéreront à quai à Brest (remotorisation et installation du mât venu de Normandie), avant que le bateau ne rejoigne son « havre » en juillet 2009 pour terminer les aménagements intérieurs pour une fin de chantier estimée à l'été 2010. Pour ce faire, il est stationné dans le bassin de l'Eure à couple du bateau-phare Havre III. Cependant, en 2009, il participe déjà aux manifestations havraises : la coupe Virginie Heriot les 29/30 août, la Fête de la mer, la journées du patrimoine en septembre où il a reçu le prix du Yacht Club De France, la semaine dédiée à la Transat Jacques Vabre début novembre ainsi que la traditionnelle fête de la crevette à Honfleur. Il a effectué sa première régate Virgine Hériot le 29 août 2009 et sa première sortie de l'année en 2010, le 6 mai à l'occasion de laquelle il embarquait les marins-pilotes de la station du Havre-Fécamp.

En septembre 2010, le bateau connaissait sa première avarie moteur depuis sa restauration. Le bateau entrera en travaux courant mars puis en carénage en mai 2011. Au programme : nettoyage, peinture, pose du nouvel accouplement moteur, du sondeur et de l'anti-fouling. Dès les travaux terminés, le bateau continuera de naviguer, notamment au profit de ceux qui le souhaitent, marins d'un jour ou équipiers confirmés, sous condition d'adhérer à l'association

Photos et description sous copyright.

Texte source: Wikipédia.

 

ETOILE DU ROY

 

Longeur:         47 M

Largeur:          11 M

Tirant d'eau:    3.2 M

IMG_0021
 

 

 

 

 

 

 

IMG_0034

IMG_0036IMG_0025

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Étoile du Roy est un trois-mâts carré, reproduction proche d'une frégate britannique de la Bataille de Trafalgar. Initialement baptisé Grand Turk il a été construit en 1996, en Turquie pour le besoin d'un film et apparaît dans la série télévisée britannique Hornblower. Cette réplique fut baptisée Grand Turk dans la série télévisée britannique Hornblower où elle apparaît aux côtés de l’Étoile de France. Son pont ouvert est garni de canons lisses en fonte.

Il a participé aux célébrations du 200e anniversaire de la bataille de Trafalgar.

En 2010, il est acquis par Étoile Marine Croisières, entreprise de Bob Escoffier. Il été dès lors rebaptisé l’Étoile du Roy

Son constructeur britannique, Michael Turk est l'héritier d'une longue lignée d'armateurs. Il a souhaité reproduire à l'identique et entièrement en bois un élégant navire dont les ancêtres accompagnaient les lourds vaisseaux de ligne de la flotte de l'amiral Nelson, le célèbre marin au bras coupé.

Le Grand Turk est la réplique basé sur les dessins historiques du HMS Blandford construit en 1741. Le Grand Turk a été construit à Marmaris, Turquie en 1996 pour un prix 2 000 000 £. Le HMS Blandford, elle même réplique d’une frégate française. Le HMS Blandford fut capturé par Duguay-Trouin en 1755

Photos et description sous copyright.

Texte source: Wikipédia.


LA LOUISE  

Longeur:         20 M

Largeur:          11 M

Tirant d'eau:    3.2 M

IMG_0020IMG_0040IMG_0046

N' ayant pas trouver de chose interessante hormis une video, je vous mets le lien ( ICI) afin de vous la faire partager.

 

Photos sous copyright.

Vidéo: You Tube.

ETOILE MOLENE
  

Longeur:         35 M

Largeur:          6.54 M

Tirant d'eau:    3.8 M

IMG_0010IMG_0011

IMG_0014IMG_0015


 

 

 

L’Étoile Molène est un dundee thonier mixte construit en 1954 pour la pêche au thon dans le golfe de Gascogne et le chalutage en mer d'Irlande.
Désormais il appatient à l'armement Étoile Marine Croisières de Bob Escoffier comme le ketch Étoile Polaire et la goélette Étoile de France.

Après son désarmement dans le port de Douarnenez, il est abandonné et coule quelques années plus tard. Racheté par Bob Escoffier, il est entièrement restauré. Il le fera naviguer régulièrement, le skippant lui-même dans la Route du Rhum en 1994.

Sa capacité d'accueil est de 28 personnes à la journée, 20 en croisière. Il possède 8 cabines passagers.

C'est l'un des bateaux de tradition français les plus connus aisément reconnaissable à ses voiles jaune et orange, et son tapecul. Il a participé à l'Armada de la liberté (Rouen 1994) et à l'Armada du siècle (Rouen 1999).

Photos et description sous copyright.

Texte source: Wikipédia.

ETOILE DE FRANCE
  

Longeur:         40 M

Largeur:          6.6 M

Tirant d'eau:    3.2 M

IMG_0029IMG_0031

 IMG_0026

L’Étoile de France est une goélette à hunier et à coque bois construit en 1938 en tant que cargo pour la mer baltique (Baltic Trader).
Il est le navire amiral de l'armement Étoile Marine Croisières de Bob Escoffier comme le ketch Étoile Polaire et le dundee Étoile Molène.
Son ancienne immatriculation était : D 43169. La nouvelle est : SM D43169 (Saint-Malo).

À sa construction en 1938, il a été lancé sous le nom de Jutlandia. C'était un caboteur-schooner trois-mâts avec le moteur auxiliaire servant au cabotage en mer Baltique. Il servait au transport du sel et de la morue entre l'Islande, le Danemark et le Portugal.

En 1955, il passe sous pavillon danois et prend le nom de Frennenæs. Son gréement est réduit en deux-mâts goélette.

En 1963, sous pavillon danois la goélette prend le nom de Jette Jan.

En 1971, elle est reconvertie en trois-mâts goélette pour devenir un navire école.

En 1983, elle est de nouveau transformée en deux-mâts goélette en prenant le nom de Julia af Fåborg.

Mickael Turk en devient propriétaire et s'en sert pour le cinéma.

En 2007 Bob Escoffier la rachète et la rebaptise Étoile de France. Elle est utilisée essentiellement comme voilier-charter. Il permet des sorties en mer à la journée pour 24 passagers et des croisières en Manche, Atlantique, Méditerranée et Caraïbes pour des groupes de plus de 60 personnes.

Il est affrété, comme le Belem et le Kathleen & May, par la Compagnie de transport maritime à la voile (CTMV), jeune compagnie maritime française spécialisée dans le transport de vins et spiritueux en bouteille.

Photos et description sous copyright.

Texte source: Wikipédia. 

 

FLEUR DE LAMPAUL

 

Longeur:         32 M 

Largeur:          6.5 M

Tirant d'eau:    2.5 M

IMG_0181IMG_0183IMG_0182

 

Propriétaires de Fleur de Lampaul

  • 1948 - 1975 : Famille Le Guen originaire de Lampaul-Plouarzel
  • 1975 - 1985 : François Bescond
  • 1985 - 2002 : Charles Hervé Gruyer
  • 2002 - 2010 : Fondation Nicolas-Hulot
  • 2010 - Aujourd'hui : Gilles et Sylvie Auger

Historique

Activité initiale

Le bateau Fleur de Lampaul est un dundée français construit en 1947-1948 par les chantiers Keraudren de Camaret pour le compte de la famille Le Guen de Lampaul-Plouarzel. Cette construction a nécessité 300 m3 de chêne. Il fut mis à l'eau le 9 avril 1948.

Jusqu'en 1952, date où François Le Guen décida de quitter le métier de sablier pour naviguer au commerce, cette entreprise familiale était composée des trois frères Le Guen : Yves, Jacques et François ainsi que de leur beau-frère Jean-Yves Joncqueur époux de jeanne le Guen. De cette date jusqu'en 1971, ils ont donc navigué à 3 mais Jean-Yves Joncqueur fut contraint d'arrêter à cause d'un problème visuel le rendant inapte à la navigation. De 1971 au 31 décembre 1974, date de désarmement de Fleur de Lampaul, seul Yves et Jacques naviguèrent à bord.

Il est au départ voilier de charge (servant à transporter des marchandises et matières premières), puis son activité principale est devenue l'extraction et le transport de sable de l'Aber-Ildut sur Brest, Landerneau et Châteaulin. À certaines périodes de l'année, il transportait aussi des primeurs de Roscoff sur l'Angleterre, de Noirmoutier sur Brest. Fleur de Lampaul a été armé par la famille Le Guen jusqu'au départ à la retraite de Jacques et Yves Le Guen en 1975.

Reconversion

Voilier école

Il a été vendu ensuite à M. Bescond de Saint-Pabu qui l'a utilisé pour l'extration de sable de l'Aber-Benoît pendant une dizaine d'années. Le bateau est alors entièrement motorisé, la voile a disparu. En 1983, Fleur de Lampaul a été abandonné et laissé sans soin sur une vasière de l’Aber-Benoît.

C'est à partir de 1985 que son sort change radicalement lorsqu'il devient voilier-école. À ce titre il accueille des enfants et adolescents dans une optique de formation culturelle.

En 1987 il est classé monument historique et il devient librairie itinérante jusqu'en 1990. Il devient ensuite le voilier océanographique des enfants et accueille des scientifiques.

Séries documentaires

Dans les années 1990, des enfants embarquent sur Fleur de Lampaul pour des voyages autour du monde. Ces expéditions donneront lieu à plusieurs séries documentaires de Charles Hervé-Gruyer, ainsi que des livres :

  • Peuples de l'eau (1993), série documentaire de 16 épisodes : des enfants partent pendant 26 mois pour découvrir la flore et la faune des océans2.
  • Jeunes marins reporters (1996), série documentaire diffusée sur la chaîne La Cinquième (puis sur Canal J ou encore Gulli) : les enfants choisis font le tour du monde sur Fleur de Lampaul avec pour but de découvrir les merveilles culturelles et naturelles. Ils rencontrent par exemple les Indiens Wayanad'Amazonie et découvrent les baleines blanches. Cette série a été rassemblée en 3 films vidéo :
    • Océan : En route vers l'Amazonie (1 h 10)
    • Baleines : Mer du sud et récif de corail (1 h 40)
    • Amazonie : Les Indiens Wayana (1 h 40)
  • L'appel de la mer (1997), série documentaire de 12 épisodes : voyage de 3 mois sur les côtes françaises qui donne l'occasion aux enfants de découvrir l'univers maritime.
  • Les Enfants de l'an 2000 (de 1998 à 2001), série documentaire de 26 épisodes diffusés sur la chaîne La Cinquième : Des enfants de nationalités différentes feront cette fois un tour du monde de 3 ans. Le but est là encore de sensibiliser les enfants aux liens qui unissent l'homme à la nature, à la veille du nouveau millénaire. Les escales seront entre autres le Cap-Vert, Cuba, Chypre, Nuku Hiva, la Mélanésie ou encore le Parc national de Kakadu en Australie.

Fondation Nicolas-Hulot

En 2002, le bateau est racheté par la Fondation Nicolas-Hulot. À ce titre, il garde totalement son utilité pédagogique. Il a désormais pour mission de faire découvrir la richesse de notre patrimoine et mobilise les acteurs de la gestion du littoral autour de la protection du milieu marin. Il a été complètement restauré en 2004-2005 au chantier Bernard dans la presqu’île du Cotentin. Son port d'attache est actuellement Lorient.

On retrouve Fleur de Lampaul lors de grandes manifestations nautiques comme la Solidaire du Chocolat, une nouvelle transat sportive, solidaire et événementielle qui relie Nantes / Saint-Nazaire à Progreso dans le Yucatan (Mexique).

La Fondation Nicolas-Hulot a décidé de se séparer de son voilier ambassadeur qui va donc commencer une nouvelle vie aux côtés des chantiers Bernard.

Matériaux de construction

Fleur de Lampaul a été construit dans différents matériaux :

  • La quille est en orme.
  • La coque (étrave, étambot, membrures, carlingue, vaigrage, serre, préceinte, plat-bord, bordés) est en chêne de première qualité.
  • Les pavois et le pont sont en sapin rouge.
  • Les mâts, le bout dehors et les vergues sont en pichpin.

À l'origine, le moteur était un Baudouin DB 6 de 72 chevaux qui, à la commande, valait 750 000 anciens francs, et à la livraison le prix avait augmenté à 1 300 000. Il a été remplacé en 1959 par un moteur D.K.6. de 120 chevaux qui a permis d'augmenter la puissance motrice.

Photos et description sous copyright.

Texte source: Wikipédia.

LA BELLE ETOILE

 

Longeur:         26.25 M 

Largeur:          5.70 M

Tirant d'eau:    3 M

La Belle-Étoile est la réplique à l'identique du dernier dundee langoustier portant le même nom.

Reconstruit sur les mêmes plans en 1992, ce dundee à coque bois, appartient à l'association « La Belle Étoile » de Camaret-sur-Mer qui le laisse en gestion, durant la saison estivale, à la Compagnie bretonne de navires traditionnels Gouelia de Quimper.

Son immatriculation correspond à l'immatriculation d'origine : CM 2705.

Histoire

Le dundee original a été construit en 1938 au chantier naval Gourmelon de Camaret-sur-Mer pour le patron Auguste Kergroac'h. Il allait mouiller ses casiers sur les côtes anglaises, puis au Portugal et au Maroc.

Il fut désarmé en 1962 ; il était le dernier dundee langoustier à avoir été construit et était aussi le dernier en activité de pêche. Il agonise depuis lors comme épave et sa condition de monument classé l'a préservé de la destruction. Déclassée en 2002 du fait de son important état de dégradation, il n'existe plus aucun vestige du bateau original dans le port de Camaret.

La Belle-Étoile a été reconstruite à l'identique dans le chantier naval d'Albert Péron en 1992. Comme le lougre Corentin, il a été réalisé pour le concours « Bateaux du patrimoine des côtes de France » organisé par le magazine Chasse-Marée pour le rassemblement de gréements traditionnels de Brest 1992.

Présent à toutes les fêtes maritimes, aux côtés d'autres bateaux répliques de gréements traditionnels, la Belle-Étoile représente le port de Camaret et la presqu'île de Crozon.

Munie de trois cabines passagers, la Belle-Étoile offre la possibilité de croisières traditionnelles vers les îles de la mer d'Iroise (Ouessant, Molène, etc.) et pour la pêche au thon dans le golfe de Gascogne.

IMG_0082

IMG_0084

 



 

 

 

 

IMG_0190IMG_0222

Photos et description sous copyright.

Texte source: Wikipédia.

LE RENARD

 

Longeur:         30 M                                                     

Largeur:          4.6 M

Tirant d'eau:    2.8 M

IMG_0073IMG_0071

IMG_0070

IMG_0074IMG_0192

Description du navire:

Le Renard fut le dernier bateau corsaire armé par Robert Surcouf. Lancé en 1812 le cotre le Renard combattit victorieusement la goélette anglaise l'Alphéa les 9 et 10 septembre 1813.

C'est un cotre à huniers, reconstitution du dernier bateau de Robert Surcouf qui fut lancé à Saint-Malo le 18 mai 1991. Le navire actuel a été réalisé grâce à des plans datant des XVIII et XIXe siècles. Le bateau accueille aujourd'hui 27 passagers pour les sorties en mer, 12 pour les croisières.

Expérience à bord:

Les participants ne sont pas simples passagers à bord mais manœuvrent et assistent l'équipage. Les sorties et les croisières se font entre avril et la Toussaint.

Renseignements pratiques:

A la journée et à titre individuel, les départs se font de Saint-Malo. Le programme prévoit une sortie en baie du Cap Fréhel à la pointe du Grouin, en fonction des conditions météo. Pour les enfants de moins de 12 ans, le tarif est de 31 euros, 62 euros pour les enfants plus âgés et les adultes. Pour ces sorties, il faudra également prévoir le repas du déjeuner.

Entre mai et août, des croisières d'une durée de 3 à 4 jours sont prévues pour des tarifs allant de 424 à 548 euros. La caisse de bord est incluse dans ces tarifs. Les croisières se font à partir de Brest, Saint-Malo, Calais ou Douarnenez à destination selon les itinéraires de Saint-Malo, Calais, Brest ou les îles anglo-normandes.

Des tarifs de groupe sont également disponibles. Comptez 1 900 euros pour affréter le Renard à la journée et de 3 338 à 9476 euros pour des croisières de 2 à 7 jours pour 12 passagers maximum.

En savoir plus sur www.cotre-corsaire-renard.com

Photos et description sous copyright.

Texte source: www.l'internaure.com.

AZTEC LADY

Longeur:         21 M 

Largeur:          6 M

Tirant d'eau:    2.4 M

IMG_0179IMG_0180


IMG_0294

 IMG_0295IMG_0296


 

 

 

 

 

 

Descriptif:

Conçu pour la navigation sous de hautes latitudes, Aztec Lady est sorti des chantiers britanniques de Southampton en 1977.

Bateau unique et atypique, son salon de pont panoramique de 24m² illustre sa singularité.

La vie a bord:

Nous accueillons 10 passagers et 2 membres d'équipage.
Toute la vie du bord se déroule dans ce carré confortable : la cuisine, les repas, les moments de détente sont avec "vue sur mer", pour qu'à n'importe quel moment de la journée vous ne perdiez pas une seule miette de ce spectacle unique et intense que sont les croisières dans le grand nord.

Caractéristiques:

Longueur hors-tout : 21 m
Largeur maître-bau : 6 m
Surface voilure au prés : 200 m2
Tirant d'eau : 2,' m
Matériau : acier
Motorisation : Gardner V8
Capacité : 10 passagers
Pavillon : français

Photos et description sous copyright.

Texte source: www.gngl.com .